William Kentridge 

William Kentridge est né à Johannesburg en 1955. Après une formation en sciences politiques et en études africaines au début des années 70, il se tourne vers le cinéma et le théâtre où il travaille en tant qu’auteur, metteur en scène, acteur et scénographe. Parallèlement, il prend des cours de mime et de théâtre à Paris, enseigne et fait de la gravure. Il collabore également à la mise en scène de séries télévisées et de longs métrages. Ses films d’animation au départ de dessins au fusain (e.a. Sobriety, Obesity and Growing Old, 1991 ; Felix in Exile, 1994) lui confèrent la reconnaissance internationale.

Ces oeuvres inspirent également les décors qu’il réalise pour les spectacles de la Handspring Puppet Company avec qui il collabore depuis 1992 et dont il a mis en scène Woyzeck on the Highveld (1992), Faustus in Afrika (1995), Ubu and the Truth Commission (1997).

Wiliam Kentridge expose ses oeuvres plastiques dans les galeries et les musées de Sydney, New York, San Diego, Paris, mais aussi à la Biennale de Venise et la Documenta de Kassel (1997). En 1998, Bruxelles met sur pied sa première rétrospective, que l’on pourra voir ensuite à Munich, Barcelone, Londres, Graz et Marseille. En 1999, il reçoit le Carnegie Prize.
En 2001 exposition à la Galerie Marianne Goodman à Paris.

B.A. in Politics and African Studies
Degree in the Fine Arts Degree in Johannesburg, South Africa.
At the end of the seventies he studied mime and theatre at the Ecole Jacques Lecoq in Paris
Between 1975 and 1991 he was acting and directing in Johannesburg’s Junction Avenue Theatre Company. In the eighties he worked on television films and series as art director.
En 1989 he created his first animation work, « 2nd greatest city after Paris », in the series « Drawings for projection ». In this he used a technique that became a feature of his work: successive charcoal drawings, always on the same sheet of paper, contrary to the traditional animation technique in which each movement is drawn on a separate sheet. In this way Kentridge’s videos and films keep the traces of the previous drawings. His animations deal with political and social issues from a personal and – at times – autobiographical point of view, since the author includes his self-portrait in some of his works.
Kentridge used the same technique in his animations, « Sobriety, obesity and growing old » (1991), « Felix in exile » (1994), « History of the main complaint » (1996) and « Stereoscope » (1999). In 1999 he made « Shadow procession » with black cardboard cutouts on book pages and maps.
He has exhibited at « X Documenta », Kassel (1997); the 24th São Paulo Biennial (1998); and the Venice Biennial (1999). He has had personal exhibitions in London, New York, Sidney and Johannesburg.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s